Le futur Parc d’activités économiques situé en bordure de l’autoroute A6, offrira près de 34 hectares de superficie commercialisable, pour mettre en vitrine le dynamisme du territoire.

Vue aerienne. long

Au pied de l’échangeur Nord de l’Autoroute A6, à Appoigny, le futur parc d’activités économiques s’étendra sur 50 hectares de terrains plats agricoles en déshérence, divisés en deux secteurs.
Au Nord, 40 hectares, bénéficieront d’une très belle façade sur l’Aautoroute du Soleil, atout indéniable pour porter l’image et la notoriété des entreprises et du site. 
Au Sud, environ 10 hectares, longeront la RN6, derrière le parc hôtelier/restauration.
 

Un parc, une ambition


Le parc d'activités en cours d'aménagement à Appoigny, c'est le grand projet de développement économique de la Communauté de l'Auxerrois.

D'une superficie de 50 hectares, il permet d'envisager la création de 1 500 à 2 000 emplois pour couvrir les besoins à moyen et long termes de l'Auxerrois et faire vivre la stratégie économique de la grande Région Bourgogne-Franche-Comté.

Les parcelles de 1 300 m2 à 21 300 m2 permettront d'accueillir des entreprises de toutes tailles, à forte valeur ajoutée et (ou) qui traduisent un savoir-faire : petite production, éco-industrie, éco-construction, ingénierie et services aux entreprises, petite logistique, e-commerce...

Quant au principe retenu pour son aménagement, il en fait un projet de grande qualité paysagère. Une belle vitrine depuis l'Autoroute du soleil qui ne manquera pas de séduire des PME/PMI franciliennes à la recherche d'un foncier et d'un immobilier attractif à proximité de Paris.

Parc appoigny

Le parc en quelques chiffres


33 lots
cessibles allant de 1 300 m2 à 21 300 m2 pour accueillir les petites et les grandes entreprises
1 500 à 2 000 emplois prévisibles (selon ratio de 25 à l’hectare)
2 km de façade en bordure de l’autoroute A6, atout indéniable pour mettre en vitrine l’activité qui s’y installera
30 millions d’€ d’investissement : études, travaux, archéologie et compensation de l’impact du projet sur l’écologie du site
Entre 12 et 14 millions d'€ HT de recettes foncières
 

Le parc en quelques dates


2005,
la Communauté de l'Auxerrois identifie un vaste site aménageable idéalement situé par rapport aux voies de communication.

2006, les premiers éléments du dossier sont présentés au conseil municipal d'Appoigny et aux habitants à l'occasion de réunions publiques.

2007, les premiers relevés topographiques sont réalisés. La révision simplifiée du POS de la commune est approuvée. 

2008, le périmètre du parc est définitivement arrêté. Les études s’enchaînent dans un contexte réglementaire omniprésent et évolutif : l'étude d'impact, les enquêtes publiques, la création d'une Zone d'aménagement concerté (ZAC) et le dossier de la Loi sur l'eau pour un montant de 120 000 € HT. Les acquisitions foncières sont lancées. La Communauté de l’Auxerrois se porte acquéreur des 355 parcelles à l’amiable.

2009, le projet est déclaré d'utilité publique par arrêté préfectoral.

2010/2011, les étapes pour l'expropriation et l'acquisition des dernier terrains (7% de l'ensemble) se succèdent. Les 50 hectares du parc sont achetés pour la somme de 1,33 M d'€.

2012, l'Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) procède au diagnostic archéologique préventif.

2013, le conseil municipal d'Appoigny approuve le nouveau Plan local d'urbanisme (PLU) de la commune.

2014, les premiers aménagements pour préserver la biodiversité sur le site sont réalisés. Comme la loi le prévoit dans le cadre des mesures compensatoires, d'autres actions sont menées sur d'autres lieux. Coût des opérations : 225 000€HT.

2015/2016, le diagnostic archéologique préventif positif donne lieu à la réalisation de fouilles archéologiques sur plusieurs secteurs du parc d'activités pour un montant de 3,5 millions d'€ HT. Les mares de compensation pour les amphibiens sont aménagées.

2016, la Communauté de l'Auxerrois confie le positionnement stratégique et la pré-commercialisation exogène du parc d'activités à l'association Yonne-développement. En complémentarité, la commercialisation endogène mobilisera le Service du Développement économique de l'agglomération. Le pilotage du dispositif global revient à l'agglomération en respect de la loi NOTRe du 7 août 2015.

2017, la Communauté de l'Auxerrois approuve le dossier de réalisation de la zone d'aménagement concerté (ZAC). Les études du projet de viabilisation et paysagement se terminent et permettent le lancement de la consultation des entreprises de travaux. Un Ecochantier permettra de valoriser les ressources du site et de limiter les nuisances sur l'environnement durant les travaux.

2018,
les travaux d'aménagement, à proprement parler, seront lancés pour une première tranche de 20 mois.

Fin 2019,
les premiers acquéreurs de terrains pourront débuter leurs propres travaux d'installation. Un cahier des charges précis définira les règles d'implantation et de fonctionnement, en respect du haut niveau de qualité fixé.
 

Un aménagement dans le respect de la biodiversité


Les études menées dans le cadre de la préservation de la biodiversité, mettent en évidence la présence de zones humides fréquentées de six espèces protégées d’amphibiens [crapaud commun, grenouille agile, grenouille rousse, rainette verte, salamandre tachetée et triton palmé] pour leur reproduction, imposant une obligation de compensation en surface.

La Communauté de l’Auxerrois acquiert 6 hectares de zones humides dans la vallée de l’Yonne. A charge pour elle, de les mettre en valeur, les protéger, les entretenir et d'organiser leur suivi scientifique pendant 10 ans.
Par ailleurs, six mares forestières de 100m2 chacune, ainsi qu’une mare de plaine d’environ 6 200m2, sont créées en retrait de la route qui dessert le hameau des Bries depuis la RN6.
Si on ajoute le grillage spécifique qui entourera cette partie du parc pour faire barrière, les amphibiens pourront ainsi poursuivre leur cycle de vie en toute quiétude. Coût de l’opération : 225 000 € HT.

L’archéologie préventive, en lancement de l’aménagement


Réalisé en 2012, le diagnostic archéologique préventif met au jour des vestiges qui nécessitent de plus amples recherches. En 2013, le rapport de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) mentionne la présence de dix-huit occupations sur une échelle de temps couvrant la période du paléolithique à l’antiquité.
En juillet 2013, la Communauté de l’Auxerrois réceptionne l’arrêté préfectoral portant prescription d’obligation de réalisation de fouilles sur 35 hectares, une opportunité sans précédent pour les archéologues, de travailler sur une aussi grande surface.
Supporté par la Communauté de l’Auxerrois qui doit faire en outre avec l’allongement des délais de sortie du projet, le coût d’intervention se monte à 3,5M d’€.

Première partie visible de l’aménagement du Parc d'activité, les fouilles archéologiques se déroulent en deux phases, d’avril à septembre 2015, puis d’avril à septembre 2016.
En 2015 et 2016, des temps forts sont programmés offrant à tous la possibilité de s’informer, à l’occasion des Journées nationales de l’archéologie en juin, et des Journées du patrimoine en septembre.

Reportage par France 3 Bourgogne - le 10/10/2016 :




Développement économique et qualité de vie


Le parc d'activités offrira 34 hectares de superficie commercialisable, dans une ambiance verte qui bénéficiera aux salariés comme aux habitants du hameau des Bries à Appoigny.

Poches vertes de stationnement, cheminement doux, noues paysagères, haies bocagères et tampon végétal s’étendront sur pratiquement 14 hectares, témoignant de la volonté des élus de concilier développement économique et qualité de vie.

Plaquette de présentation en téléchargement


Le parc d'activités économiques à Appoigny : la priorité au maintien et au développement de l'emploi local