B4 1700x200


La pauvreté affecte différents territoires en France, où se mêlent chômage, discriminations liées à l'origine ou à l'adresse, difficultés d'accès aux services publics, etc. Des dispositifs sont ainsi mis en place dans le cadre de la Politique de la ville pour lutter contre les inégalités et rééquilibrer l'échiquier social.

Qu’est-ce que la Politique de la ville ?


La Politique de la ville est une politique menée en faveur des quartiers en grandes difficultés économique et sociale. Les territoires cœur de cible, dits quartiers prioritaires, sont définis par un critère unique : le revenu des habitants.

Les objectifs de cette politique sont de réduire les inégalités sociales et les écarts de développement entre les territoires, de favoriser la mixité et le vivre ensemble et d’enrayer la dégradation des conditions de vie des habitants. Pour cela, les projets menés dans le cadre de cette politique globale s’articulent autour de trois piliers : « l’emploi et le développement économique », « la cohésion sociale » et « l’habitat et le cadre de vie ».  

Compte tenu de sa grande diversité d’intervention, la Politique de la ville requiert la mobilisation de tous les acteurs. Elle est principalement financée et animée par l’Etat, le Conseil régional, le Département, la Communauté d’agglomération de l’Auxerrois et la Ville d’Auxerre, et sollicite de nombreuses associations.

Chômage et pauvreté, concentrés sur ces territoires géographiques, induisent exclusion, discrimination, dégradation de l’habitat, échec scolaire, délinquance, montée des extrémismes, etc. Par extension, en luttant contre le cumul de difficultés qui touchent ces territoires, la Politique de la ville porte intérêt à tous, bien au-delà des frontières géographiques des quartiers.

 

Qu’est-ce que la réforme législative de 2014 ?


La Politique de la Ville est née dans les années 80 avec l'émergence de tensions sociales dans les banlieues. Elle a donc ciblé ces territoires, qu’elle a appelés les quartiers. Plusieurs mesures et dispositifs comme les ZUS (Zones urbaines sensibles), les ZRU (Zones de redynamisation urbaine), les ZFU (Zones franches urbaines) ou les quartiers CUCS (Contrat urbain de cohésion sociale), derniers en dates, se sont ainsi succédés et superposés, mais le tout est devenu peu lisible, et dans certain cas, peu efficace.

Pour mieux répondre aux objectifs, le Parlement a voté en février 2014 la loi Lamy, qui simplifie la carte des territoires de la Politique de la Ville. Cette nouvelle législation instaure la suppression de ces zonages au profit de la création d’un périmètre unique : le quartier prioritaire de la politique de la ville.

Des 2 492 quartiers CUCS existants jusqu’alors, la nouvelle géographie prioritaire ne comprend, dès 2015, plus que 1 300 quartiers prioritaires. Le saupoudrage des crédits est stoppé et les moyens sont ainsi concentrés sur des territoires définis par un critère unique : la concentration des populations à bas revenus, en référence au revenu médian moyen national.

 

Qu’est-ce qu’un contrat de ville ?


Faisant office de feuille de route, le contrat de ville est un document servant à la concrétisation au quotidien de la Politique de la ville. Il traite dans une même dynamique les actions en faveur des habitants, les interventions sur le cadre de vie et le développement de l’emploi.

La composition du contrat s’établie à plusieurs. La démocratie participative étant un principe fondamental de co-construction de la Politique de la ville, le contrat est donc élaboré en concertation avec les associations et les habitants par l’intermédiaire des conseils de quartier. Les citoyens concernés peuvent ainsi être force de propositions, donner leur avis sur les projets développés et y adhérer.

Le contrat de ville de l'Auxerrois a été signé le 06 juillet 2015. Fruit d'un travail engagé dès juillet 2014 par le bloc local de gouvernance réunissant élus communautaires et élus de la Ville d'Auxerre, seule commune impactée par la réforme législative. Très rapidement, l'Etat, le Conseil régional, le Conseil départemental, la Communauté de l'Auxerrois et la Ville d'Auxerre ont convenu de la signature de ce contrat. La Caisse des dépôts et l'Office auxerrois de l'habitat ont rejoint rapidement la liste des signataires qui intègre aujourd'hui également la CAF, l'Agence régionale de santé, Pôle emploi, la CCI, Val d'Yonne habitat...

Le contrat de ville une durée de six ans, soit la durée du mandat municipal et intercommunal. La Communauté d’agglomération de l’Auxerrois en assure le pilotage stratégique en animant et coordonnant la démarche.

 

Quels sont les quartiers prioritaires de l’Agglomération ?


La liste des quartiers prioritaires de la Politique de la ville est fixée par décret en raison des difficultés que connaissent les habitants. Trois quartiers prioritaires ont été retenus dans l’Auxerrois, tous sur le territoire de la ville d’Auxerre :
Les Brichères / Ste-Geneviève : 4 180 habitants
Les Rosoirs : 1 380 habitants
Rive-droite : 3 656 habitants

Ces quartiers sont composés de quatre des cinq anciennes « Zone urbaines sensibles » qui constituaient depuis 1 994 le périmètre d’intervention de la Politique de la ville. Plus de 9 000 habitants, auxquels il faut rajouter les 3 000 habitants du quartier St-Siméon, ancienne « Zone urbaine sensible » maintenue comme quartier de veille, au nom du nouveau contrat de ville.

Un projet de développement est ainsi défini pour chaque quartier. A l’aide d’indicateurs de suivi, une évaluation annuelle systématique des actions menées pour répondre aux objectifs fixés permet de réorienter, si besoin, les priorités.

 

Documents en téléchargement