Le seuil d'alerte de nitrates a été dépassé sur le captage de la Plaine du Saulce qui dessert les communes d'Escolives-Sainte-Camille, Coulanges-la-Vineuse, Gy-l'Evêque, Champs-sur-Yonne et Vaux. Par principe de précaution, la consommation d'eau du robinet est fortement déconseillée pour les femmes enceintes et les nourrissons de moins de 6 mois. Des bouteilles d'eau sont à disposition dans les mairies des communes concernées pour ces personnes fragiles.

Ouvrir/fermer le menu de recherche
AUXERRE

Coulanges-la-V-(6)-web

884 habitants/ 1 060 hectares

Mairie
39 rue André Vildieu
89580 COULANGES-LA-VINEUSE
Tél. : 03 86 42 20 59
Courriel : mairie-coulanges-la-vse@wanadoo.fr

Coulanges-la-Vineuse, réputée pour son vignoble, est située entre deux vallons, sur le dos d'une crête qui s'abaisse vers la vallée de l'Yonne.

Construites sans doute dans la seconde moitié du XIVe siècle, les murailles formaient une sorte de parallélogramme et étaient dominées par onze tours d'inégales grosseurs.

De l'ancienne église, qui s'est effondrée le 21 septembre 1733, il ne subsiste que le clocher de la fin du XIVe siècle : de forme gothique, cette tour est carrée à la base, octogonale au dernier étage afin de recevoir la flèche. L'actuelle église St-Christophe fut construite de 1737 à 1742. Elle est l'œuvre de Servandoni, élève de Soufflot (né à Irancy). La taille imposante de l'édifice surprend le visiteur ; elle témoigne de l'importance du village au XVIIIe siècle.

Dans les rues du village, les marques de la richesse de l'Histoire sont partout. Rue Marcel Hugot, la bibliothèque est une belle Maison renaissance. On peut y admirer un très beau plafond peint à l'intérieur.

Côté vins, l'appellation Bourgogne Coulanges-la-Vineuse s'étend sur les villages d'Escolives-Ste-Camille, Jussy, Migé et bien sur Coulanges-la-Vineuse. Vous pouvez déguster chez les vignerons leurs produits AOC : rouges issus du pinot noir, mais également rosés et blancs.

  

Un peu d'histoire

Perchée entre deux vallons sur la rive gauche de l'Yonne, la ville au site pittoresque bénéficie en outre d'une situation géogra­phique et géologique propice à la culture des cerises et de la vigne.
Le chef-d' œuvre du village est sans conteste l'église Saint­- hristophe reconstruite au 18ème siècle.
Suite à l'effondrement de l'église médiévale, l'architecte Servandoni fut appelé dès 1737 à Coulanges-la-Vineuse par le truchement de Jean-Baptiste Languet de Gergy, curé de Saint­Sulpice, pour fournir les plans d'une église nouvelle.
Les habitants de Coulanges, avec l'aide des revenus du vignoble, prirent en charge le financement du chantier qui ne s'acheva qu'en 1742. L'église est de plan rectangulaire allongé avec un transept et un chevet plat. La nef est divisée en trois travées et le chœur est terminé par le sanctuaire auquel sont attenantes deux chapelles de plan ovale
C'est un plan novateur dans l'architecture religieuse de l'époque. Le retour à l'ordre dorique, que Servandoni a réintro­duit en France, sera ultérieurement repris par Soufflot dans ses grandes créations.
En flânant dans les rues, on peut admirer la Fontaine Du Bellay, une façade de maison Renaissance (devenue la bibliothèque), une maison à tourelle du 16ème siècle et enfin la maison de Jeanne d'Arc, où la Pucelle d'Orléans aurait passé la nuit le 30 juin 1429 alors qu'elle se rendait à Reims.
On peut également visiter le musée de la Vigne, qui contient une riche collection d'outils. Un pressoir dit «à abattage» du 17ème siècle a été conservé sur son lieu d'utilisation, il a servi pour la dernière fois lors des vendanges de 1924 (photo ci-contre). C'est à Coulanges-la-Vineuse, qui porte bien son nom, qu'est organisée la Marche gourmande, randonnée de 14 km à travers les vigno­bles permettant aux participants de découvrir des mets bourgui­gnons et de déguster les vins de l'appellation.